Il y a un an déjà,

au cœur de la crise covid-19 de mars 2020
 

Le 17 mars 2020, la France connaît son premier confinement pour limiter la propagation de la pandémie de la covid-19. Le nombre de déplacements ralentit, les boutiques et les restaurants ferment leurs portes, les événements sont annulés, tout le monde doit rester chez soi. Et pourtant, à l’atelier Eco Couture, les bénévoles se mobilisent. Une vague de solidarité voit le jour. Revenons sur cet événement marquant et inattendu.

Disclaimer : Tout le monde aimerait revenir à la “vie d’avant”. Personne n’a envie que cette pandémie devienne un mode de vie. Si nous décidons de vous écrire cet article, c’est pour vous partager l’expérience que fut le premier confinement pour notre association de couture. Comment avons-nous su répondre à un besoin de manière rapide ? Comment la solidarité s’est-elle faite ressentir en cette période exceptionnelle ?

 

Une annonce déstabilisante

L’association Eco Couture œuvre depuis 2018 à l’insertion professionnelle et sociale des habitants du quartier populaire Lyon Etats-Unis à travers la couture. Les bénéficiaires s’investissent dans le projet et développent la marque de mode BAHOR. La production est à taille humaine et toutes les pièces sont finies à la main. Comme tout autre organisme, notre projet qui suivait son cours fut perturbé par la crise sanitaire de la covid-19. Une crise au sein de laquelle nous évoluons encore actuellement.

Juste après l’annonce du premier confinement en mars 2020, Navbakhor, fondatrice de BAHOR et Eco Couture, s’est munie d’une machine à coudre et d’un projet de robe de mariée pour le finir chez elle. Confinés, les proches de Navbakhor ont commencé à lui demander de produire des masques. Très rapidement, les hôpitaux ont quant à eux connu une pénurie de masques et de surblouses au niveau national. Les mesures sanitaires étant plus strictes, le personnel médical a dû rapidement s’adapter pour prendre en charge les patients. L’équipe Eco Couture a souhaité mettre à profit son atelier de couture et ainsi, se rendre utile.

 

Réponses aux appels d’offre

Grâce à notre réseau régional, nous avons été contacté pour fabriquer des masques barrières lavables. Après une première commande prise par téléphone, nous devions produire 100 masques. L’atelier a été mis en relation pour répondre à la demande urgente des organismes en fonction des capacités. Nous avons donc commencé à produire des surblouses lavables pour les hôpitaux de la région. Rapidement, Eco Couture a rejoint le réseau national Savoir Faire Ensemble, initié par Guillaume Gibault, CEO de Le Slip Français. Ce réseau aide à trouver des fournisseurs pour la matière première mais aussi des confectionneurs, tisserands et ateliers de couture.

Les commandes urgentes s’accumulaient avec peu de main d’œuvre à l’atelier. Certaines commandes demandaient 600 surblouses lavables à faire en 2 semaines. L’équipe s’est donc agrandie en accueillant des entrepreneurs de tout type : bénévoles et apprentis couturiers de profession. L’atelier a accueilli de jeunes entrepreneurs dans le textile qui ont fabriqué des masques pour sauver leurs entreprises. Ces personnes ont pu générer un chiffre d’affaires afin de mieux démarrer leur aventure entrepreneuriale.

covid-couture-lyon-solidarité
  Navbakhor a réussi à mobiliser d’autres bénévoles et entrepreneurs pour fabriquer des masques barrières en tissu pour les habitants des quartiers des Etats Unis et Langlet Santy à Lyon. Ainsi, un bénévole a distribué 1 000 masques aux habitants. Un don qui fut très apprécié alors que le masque commençait à être obligatoire dans les rues.  

Une activité de confection intense et exceptionnelle

 
Le développement de la production en plein confinement
Alors qu’une bonne partie des français trouvait le temps long, l’atelier était plus actif que jamais. Ces mois ont été rythmés par des demandes urgentes, des réceptions de tissu en grande quantité, des milliers de découpes et montages, des livraisons, de la gestion logistique et humaine.

L’équipe a commencé à répondre à des appels d’offres pour le secteur public et privé

et ne s’est pas arrêtée pendant deux mois.

Un entrepreneur spécialisé dans la production textile industrielle à Lyon a souhaité répondre à la forte demande aux côtés de l’atelier. Eco Couture a donc travaillé en sous-traitance avec cet industriel. En confinement, les habitants du quartier vivaient dans une grande précarité. En temps normal, ils vivent en moyenne avec 9 000€ par an. Navbakhor a donné du travail aux femmes demandeuses qui avaient les compétences de produire. L’objectif était de faire au plus vite. Celles qui n’avaient pas l’équipement nécessaire se sont rapidement fournies auprès des spécialistes et ont pu gagner un salaire convenable durant deux mois.

Entre mi-mars et fin mai, l’atelier a reçu une commande de 7 000 surblouses. Ainsi, des bénévoles étaient chargés de la livraison aux hôpitaux : Lyon, Paris, Tarare, Ehpad de Villeurbanne, etc. Nous avons également fait un don de 300 surblouses pour les associations locales de services médicaux en lien avec des personnes vulnérables.

En mai, nous avons reçu la visite de Gérard Collomb, maire de Lyon à ce moment-là, suite à une commande de 35 0000 masques pour la Ville de Lyon. Navbakhor a réussi à rassembler une quarantaine de bénévoles durant 8 jours consécutifs. Une organisation importante et surtout un nouveau challenge accompli.

covid-ville-de-lyon-ecocouture

 

À la mi-avril, BNP Paribas a souhaité nous aider avec la mise en place d’une campagne de financement participatif sur Ulule.com. Cette initiative solidaire a permis de mettre en lumière nos actions et de nous soutenir financièrement dans les dépenses. D’autant plus que BNP Paribas doublait le fond récolté. Pour 10€ de don, la banque BNP Paribas ajoutait 10€. Encore merci à eux pour cette action !

 

Résultats de l’action

 

Ce que l’on retient de cet engagement

Cette épreuve, bien qu’épuisante, a rapproché les gens. Des bénévoles de tout âge et de tout horizon ont travaillé main dans la main : français, ouzbek, congolais, kazakh, russe, turc, etc. Les habitants ont eux aussi aidé à leur manière. Ensemble, ils ont montré une motivation sans faille dans la bonne humeur. Une vraie solidarité s’est naturellement manifestée.

 

“Nul ne connaît le vrai bonheur, s’il ne l’a jamais donné à autrui”

Une phrase qui nous a beaucoup inspiré et nous a encouragé à continuer la production, pour les autres. C’était un devoir citoyen.

covid-couture-lyon-solidarite-ecocouture

 

Cet engagement nous a aussi montré que l’on savait s’adapter rapidement. Nous avons eu la chance de croiser le chemin du réseau Savoir Faire Ensemble qui nous a rapidement mis en relation. Bien-sûr, nous sommes chanceux d’avoir pu compter sur des bénévoles et des entreprises de confiance avec qui nous avons avancés.

 

Cette nouvelle activité nous a permis de créer de l’emploi
à temps plein dans les quartiers populaires de Lyon pour 17 personnes.

Les périodes de confinement ont encore plus fragilisé la situation financière des habitants de nos quartiers. Avoir une activité avec Eco Couture leur a permis de vivre convenablement et ainsi de donner du sens à leurs actions et un but à leur travail.

Par ailleurs, nous avons accompagné un jeune habitant du quartier Langlet Santy à l’entrepreneuriat. Nous l’avons formé et accompagné dans l’élaboration de son business plan. Grâce au travail fourni avec Eco Couture, il a pu acquérir des machines à coudre industrielles.

 

Vision du projet après le premier confinement

Cette épreuve qu’on espère exceptionnelle, nous a permis de prendre du recul sur notre projet. Les valeurs humaines que l’atelier porte ont encore plus de sens aujourd’hui. C’est grâce à cet engouement et ces énergies positives que les livraisons ont pu être faites en temps et en heure. Bien-sûr, cette production intensive va de paire avec une gestion logistique jamais rencontrée auparavant au sein de l’atelier. L’ensemble de l’équipe était épuisée mais méritante.

Sur le long terme, Eco Couture n’a pas pour vocation de travailler à grande échelle dans l’industrie textile mais bien de produire à échelle humaine, en respectant les matières et les savoir-faire. Cette année, le mot d’ordre est l’adaptation.

 

Nous avons à cœur notre mission sociale au sein des quartiers populaires de la ville de Lyon.

Même si les lieux culturels sont fermés et les rencontres sont plus difficilement réalisables, nous avons pour projet de remettre rapidement en place les Jeudis Couture. En parallèle, nous sommes heureux de vous proposer la vente en ligne de nos créations. Vous pouvez commander les vêtements et accessoires sur la partie e-shop de BAHOR.

 

Merci à nos partenaires qui nous ont fait confiance et qui nous ont mis sur la voie des appels d’offres. Merci aux bénévoles, habitants et entrepreneurs qui ont consacré leur temps et leur énergie avec Eco Couture.